Le Syndrome PréMenstruel (SPM)

« Le Syndrome PréMenstruel ramène la féminité à la surface, elle n’est plus cachée. Et en cela, il est libérateur et transcende l’interdit de la féminité. »
Karine Ravier-Wrobel, naturopathe.

Durant la phase lutéale, dernière phase du cycle, survient le Syndrome PréMenstruel (SPM). Il s’agit d’un ensemble de symptômes physiologiques, cognitifs et/ou émotionnels répétés à chaque cycle, d’une intensité plus ou moins variée affectant certains aspects de notre vie.

Le SPM s’explique par la synergie des deux hormones principales : lors de l’ovulation, la courbe des oestrogènes est chutantes, tandis que la courbe de la progestérone est montante. Il s’agirait donc d’un déséquilibre du rapport oestrogène/progestérone. Les manifestations du syndrome peuvent donc apparaître une à deux semaines avant le début des règles, voire à partir de l’ovulation, et se prolonger jusqu’à la fin des menstruations. Eh oui ! La moitié d’une vie féconde, c’est tout à fait possible ! J’en suis témoin.

Plus ces signes sont nombreux et intenses, plus ils nuisent à notre vie active. Près de 200 signes ont été listés par la littérature médicale… Mais on va faire court : voici un tableau abordant les plus courants, extrait du livre Le Syndrome Prémenstruel.

   Les symptômes les plus courants
 Troubles physiques  Troubles digestifs Troubles de l’humeur
 Acné, allergies (cutanées, asthme), douleur (seins, rénales, dorsales, abdominales, articulaires), gonflements (seins, jambes, abdominaux), lourdeur/tension (seins, jambes) eczéma, fatigue physique, herpès, oedèmes, peau grasse/sèche, prise de poids, sensibilité accrue/diminuée (tactile, toucher), maladresses, etc. Perte d’appétit, nausées, vomissements, diarrhée, constipation, acidité gastrique, aphtes, ballonnements, hémorroïdes, etc. Fatigue morale, agressivité, irritabilité, baisse de concentration et d’efficacité, boulimie, colère, confusion, crises de larmes, dépression, troubles sexuels (baisse ou augmentation de la libido), maladresses, pulsions (alimentaires, sexuelles), désintérêt, sautes d’humeur, sentiments de solitude et de culpabilité, susceptibilité, tristesse.

x
Au travers de son récit, Karine Ravier-Wrobel, praticienne de santé naturopathe, apporte de nombreux conseils afin de prendre en charge naturellement le SPM et mieux vivre nos cycles menstruels. Pour évaluer la gravité de ce syndrome, je recommande le test de son site internet, disponible ici.

Concrètement, je considère cette période comme la plus délicate à vivre : un vrai yoyo émotionnel pour ma part. Mes seins sont insoutenables et affreusement gonflés, ma libido est totalement à plat, une petite fragilité émotionnelle m’envahit lors cette période, sans pour autant être dépourvue de tout contrôle, bien heureusement.

En revanche, elle me permet de déborder de motivation et de dynamisme. Il suffit de se concentrer sur ces signes positifs, les écouter, et les considérer pour en extirper les avantages et les exploiter. Mais surtout, il faut RELATIVISER !

 

 

Page précédente/suivante

Bibliographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.